J.S. BACH : L’ART DE LA FUGUE, BWV 1080

« Si l’on pense maintenant que l’Art de la Fugue su destine à un clavecin, nous croyons profondément qu’il vaut la peine de tenter une interprétation avec consort de violes.  Certains aspects, comme les dissonances ou les lignes musicales, ressortent plus clairement.  En outre la résonance des violes confère une forme de spiritualité. (…) Une fois que nous somme vraiment entrés dans la musique, cela est devenue une sorte de leçon de vie.  Il faut mettre de côté une part d’ego pour que cela fonctionne.  Bien sûr, cette obligation est nécessaire pour toute la musique pour consort de violes, mais elle prend une dimension particulière pour l’Art de la Fugue.  Cette musique est tellement sublime en elle-même, elle fait naître spontanément tant de pensées et d’émotions, il est pas besoin d’ajouter quoi que ce soit. (…) Dans son œuvre, le grand écrivain portugais Fernando Pessoa estime incroyable le fait que chacun ait une conscience, qu’il soit impossible de partager cette conscience.  C’est un peu l’inverse qui se produit ici pour nous, quand nous jouons l’Art de la Fugue.  Nous faisons partie d’un groupe dans lequel chacun joue un rôle.  Tous les rôles étant égaux, chacun devient donc nécessaire.  La fugue est une bonne école dans cette perspective, elle est une sorte de modèle de notre rapport à un monde où chacun doit trouver sa place.  En interprétant l’Art de la Fugue de cette manière, nous tendons vers une beauté qui naîtrait de l’interaction entre quatre personnes. »

Programme

JS Bach: Die Kunst der Fuge

Contrapunctus I,II,III,IV et V

Arvo Part: Summa (credo)

Da Pacem Domine

JS Bach: Die Kunst der Fuge

Contrapunctus XI et XVIII(incomplet)